'Atika bint Zayd - Poème

Publié le par Salam

PBASL.gif

Aux princes des Prophètes, Notre seigneur l'Envoyé d'Allah :

Ses montures elles-mêmes sont orphelines
Elles étaient montées par celui qui était leur parure ;
Désormais elles pleurent 
Et leurs yeux retiennent leurs larmes à grand peine.
Désormais tes épouses resterons hébétées
Sous l'effet de la tristesse ; seule leur religion leur redonnera courage !
Désormais leurs visages blafards et sans teint,
Resterons diaphanes et sans exception.
Elles soigneront une afliction difficile à dissiper 
Mais leur poitrine aspirera à une mort prochaine.
Il était le noble, le seigneur et l'élu,
Sa religion toute entière coïncidait avec la Vérité
 Comment vivre désormais après la mort de l'Envoyé ?
Alors que pour nous il est déjà temps de mourir !


'Âtika passa ses dernières années en se consacrant à l'ascèse et à la dévotion. Elle mourut en l'an 40 de l'hégire en ayant toute la période du Califat bien guidé. Dieu soit satisfait d'elle et de l'ensemble des compagnons de l'Envoyé de Dieu.

Publié dans Nur al Madina

Commenter cet article