Dhikr du Nom Allah

Publié le par Salam

Allah00054.jpg

(par cheykh Abdel-Kader Aïssa)

Le dhikr en formulant le Nom singulier « Allâh » est permis.

Ces deux versets l'attestent :

Bismillah-blue.jpg

« Rappelle-toi le Nom de ton Seigneur et consacre-toi totalement à Lui. » (Coran, 73/8)
« Invoque le Nom de ton Seigneur, matin et après-midi. » (Coran, 76/ 25)


UsmanOzMuhammad1.jpg

Selon Anas Ibn Malik, l'Envoyé d'Allah a dit :

« L'Heure ne surviendra que lorsqu'il ne sera plus dit sur terre : Allah ! Allah ! »

Dans ce hadith, le Nom singulier « Allah » est mentionné à la fois seul et plusieurs fois.


***

Dans une autre version citée également d'après Anas, l'Envoyé D'Allah a dit:

«L'Heure ne surviendra pas tant qu'il y aura quelqu'un qui dit : Allâh ! Allâh ! »

(
Cité par Muslim, Tirmidhi qui a dit que c'est un bon hadith et l'imam Ahmad)


art345-3-fa85f.jpg


Commentant ce dernier hadith, 
`Ali al-Qârî a dit

« C'est-à-dire que «Allâh » ne sera plus mentionné. Il n'y aura plus une sagesse dans l'existence des hommes. Il en résulte que la continuité du monde dépend de la bénédiction (baraka) des Ulamas actifs, des adorateurs vertueux et de la totalité des croyants.

C'est là le sens que lui a donné at-Tayyîbî, c'est-à-dire jusqu'au moment où l'on ne dira plus « Allâh ! Allâh ! » Autrement dit, jusqu'au moment où le Nom de D'Allah ne sera plus mentionné et ne sera plus adoré. » (Marqat Al Mafatih, commentaire de mushkatu al-maçabih de Ali Al Qari, t. 5, p. 226. )

Les versets et les hadiths qui font désirer le dhikr, revêtent un caractère général et libre. Ils ne précisent pas un dhikr particulier. Il n'y a aucun texte légal qui interdit la mention du Nom "Allâh" d'une manière isolée.

A partir de là, nous constatons l'erreur commise par certains qui, par précipitation, s'opposent à la mention du Nom de Dieu « Allah » d'une manière isolée, argumentant qu'il n'existe aucun texte, dans le Livre et la Sunna, qui en fasse référence. Pourtant, comme nous venons de le citer, les versets à ce sujet sont bien clairs.

D'autres manifestent la même opposition sous prétexte qu'on ne peut construire une phrase significative avec un seul mot, comme c'est le cas si on lit : Allah le majestueux. (Allah Jalîl)

La réponse à opposer à ces objections est :

L'invocateur qui recourt à l'énoncé de ce Nom d'une manière isolée, ne s'adresse pas à une créature. Aussi, la parole, qu'il prononce ne doit pas nécessairement revêtir un sens aussi complet qu'utile. C'est parce qu'il mentionne Allah qui connaît bien l'âme de l'invocateur et Il est informé sur son coeur. D'ailleurs, les savants ont émis des opinions favorables à l'énoncé du Nom Allâh d'une manière isolée.

Voici quelques-unes d'entre elles :

Le savant Ibn `Abidîn, dans son célèbre commentaire de la Basmala (Au Nom d'Allah clément et miséricordieux) et l'étude qu'il a faite au sujet du terme « Allâh » a dit : 

« Selon Hishâm, qui le tient de Abû Hanifa, l'expression « Allâh » est le Nom Suprême (al-a`dham) de Dieu. C'est la même idée qui revient sous la plume de at-Tahhâwi : Chez plusieurs savants et la plupart des connaisseurs, il n'y a pas de mention qui se situe au-dessus de la mention de Dieu par Son Nom « Allah ». C'est ce que nous relevons aussi dans le commentaire d'Ibn Amîr Hâj. »
Ibn Abidin, t. 1, p. 5



Le docte al-Khâdimî a dit : « Sache que le Nom de Majesté « Allâh » est le Nom Suprême chez Abû Hanifa, al-Kasâï, ash-Sha`bî, Ismâ'ïl Ibn Ishâq, Abû Hafs et la plupart des autres savants.
 
C'est la conviction de la grande majorité des chuyûkh du soufisme et des connaisseurs avertis. Pour eux, iln'y a pas de dhikr qui occupe un rang plus élevé que la mention du seul Nom « Allâh ». D'ailleurs, Allah dit à Son Prophète - que Dieu lui accorde la grâce et la paix - :
 
«
Dis : Allâh ! Et écarte-toi d'eux... » (Cf Coran).


Al-Manâwî a expliqué ce hadith :

« Allah dit : « Je suis avec Mon adorateur aussi longtemps qu'il Me mentionne et que ses lèvres articulent Mon nom. »

(Cité par l'imam Ahmad, al-Hâkim et Ibn Mâja).


A son sujet, il a dit :

« Il est avec celui qui Le mentionne avec son coeur, avec celui qui Le mentionne avec sa langue. »

Mais la première mention est plus parfaite. Il a cité la langue pour faire comprendre l'interaction qui existe entre le plus élevé et le plus bas. Il n'en reste pas moins que son amour pour Allah et son dhikr, quand ils s'emparent de son coeur et de son esprit et les occupent, l'élèvent auprès de Lui et le situent avec Lui. L'obligation du dhikr, chez les ascètes (les soufis), est, en effet, l'un des piliers qui conduisent à Allah le Très-Haut.


Il se divise trois parties d'apres al Ghazali :

-le dhikr général (de tout le monde) avec la langue; le dhirk de l'élite avec le coeur et le dhikr des gens spéciaux parmi l'élite, dont l'anéantissent de leur individualité se réalise dans la proximité de l'Invoqué (Allah), au point que la Vérité se manifeste à eux en toute occasion.


Les soufis disent :

« Il n'y a pas dans le comportement du cheminant vers Dieu plus utile que le dhikr isolé, coupé de tout autre que Dieu. Il nous est parvenu de leurs écrits sur la réalité du dhikr, ses effets et ses manifestations ce qui ne peut être compris que par ceux qui en apprécient la saveur par goût et expérience. » (Fayd al-qadir-, commentaire de "al-jami' as-.saghîr", d'Al Manawi, t. 2, p. 309)


L'imam al-Junayd a dit :

« L'invocateur de Dieu par Son Nom « Allâh » est ravi à lui-même. Il est en relation avec son Seigneur, accomplissant le Droit qui Lui revient et Le regardant avec son coeur. Les lumières de la vision présencielle ont brûlé ses attributs humains. »


Sidi Abû`l 'Abbas al-Mursi a dit :

«
Que ton dhikr se résume à « Allâh ! Allâh ! » Ce Nom est le sultan parmi les autres Noms. Il possède une étendue où il évolue et un fruit qu'il récolte. La science est son étendue. La lumière en est le fruit. Ce n'est pas l'essence de la lumière elle-même qui est visée mais c'est ce qu'elle dévoile. Aussi, convient-il de mentionner Son Nom d'une manière abondante et d'accorder sa préférence à ce procédé de Dhikr parce qu'il renferme en lui tout ce qu'il y a dans « Il n'y a de dieu qu'Allah », tous les dogmes, toutes les actes, les morales, et les vérités etc.


Le connaisseur de Dieu Ibn `Ajîba a dit :

« Le Nom singulier « Allâh » est le sultan des Noms. C'est le Nom Suprême de Dieu. Le disciple continuera à le mentionner et à être remué par lui jusqu'à ce qu'il se mêle et s'intègre à sa chair et à son sang et que ses lumières coulent dans toute sa totalité et dans ses moindres parties. Le dhikr se transporte ensuite au cœur, puis à l'âme, puis à son secret intime. A ce moment, la langue devient muette et ainsi il accède au dévoilement et à la vision ocullaire.»

(Cf Le Tajrid d'Ibn 'Ajiba sur le commentaire de texte d'Al Ajrumiyya, p. 15)

« Ô disciple sincère ! Attache-toi à la mention du Nom singulier de Dieu « Allâh » si ton guide spirituelle te le permet et te le conseille. C'est le moyen le plus rapide qui extirpe les racines de l'âme concupiscente (al nafs) plus vite qu'on ne le ferait avec un couteau tranchant. »

Quant à la bouffée de chaleur, et au resserrement de la poitrine du disciple, quand il pratique le Dhikr avec le Nom Allah, lors de ses débuts dans la voie spirituelle, c'est parce que son Nafs ne trouve pas son compte dans ce genre de dhikr, qui débarrasse le coeur du monde des créatures et le vide de tous les univers. C'est pourquoi les maîtres spirituels ordonnent à leurs disciples de faire le dhikr par la formule « la illaha illa Allah» (Il n'y a de dieu que Dieu) à leur commencement dans la voie spirituelle.

Lorsque la négation « il n'y a de dieu » et l'affirmation « que Dieu » se confirment dans leur coeur, le maître les déplace alors vers le dhikr par le Nom singulier de Dieu « Allah » en leur enjoignant l'abondance de ce dhikr et de combattre leur nafs pour supporter l'aigreur de la phase en cours. S'ils n'ont pas, au début de leur cheminement, la patience de supporter l'amertume qui envahit leurs âmes, et négligent la mention du Nom singulier « Allah » ; dès lors, ils arrêteront alors leur progression et se priveront d'un énorme bienfait en raison de l'altération de leur détermination et la faiblesse de leur volonté.

Par contre, s'ils se montrent résolus à mentionner ce Nom « Allah » et s'ils font preuve de patience en demeurant ferme dans cet état, ce Nom s'imprimera dans leurs coeurs. Leur insouciance se déplacera et cédera sa place à ce Nom qui circulera dans leurs veines et se mélangera à leurs esprits. Dès lors, l'Invoqué (Allah) sera en face d'eux. Et quand les gens seront distraits, eux, ils ne perdront jamais de vue la présence de leur Seigneur. C'est ainsi qu'ils se hisseront au rang de ceux qui excellent (al rnouhssinoun), 

comme l'a indiqué l'Envoyé D'Allah :


«L'excellence», c'est adorer Dieu comme si tu le voyais... »


Sheîkh Abdel-kader Aïssa

Publié dans Dhikr Allah

Commenter cet article